La ruralité en marche plutôt qu’en marge

J’ai eu le privilège d’être élue présidente du groupe d’étude « enjeux de la ruralité » à l’Assemblée nationale le mardi 6 février 2018. Par ce poste et le travail que nous réaliserons avec mes collègues députés, j’entends développer l’attractivité des territoires ruraux français pour qu’ils soient des moteurs d’innovation et de dynamisme.

 

la france en marche

 Pour un nouvel essor des territoires ruraux

Si j’ai candidaté pour obtenir la présidence de ce groupe d’étude c’est avant tout pour permettre aux questions que pose la ruralité d’être enfin traitées au regard des évolutions politiques, environnementales, technologiques, économiques, sociales et urbanistiques actuelles de notre société.

Une opposition trop fréquente est faite entre monde urbain et monde rural. Les métropoles se développent, grandissent, attirent alors que les zones rurales se vident par manque d’emploi, de transports, de structures scolaires et même de services publics. Je veux agir contre cela et relever ces défis pour initier la construction d’une nouvelle équité territoriale.

Pour cela, il nous faut retrouver le chemin de l’attractivité, du développement et de la réussite. La ruralité doit-être conquérante et nous allons par ce groupe d’étude travailler collectivement pour lui offrir les moyens de l’être ou de le redevenir.

Redonner sa voix à la ruralité

Ancienne maire d’une commune rurale de 80 habitants, j’ai mis en œuvre tout au long de mes mandats des projets innovants pour assurer le développement de l’activité économique de ma commune rurale.

Je suis convaincue que tous les ingrédients pouvant permettre le dynamisme du monde rural existent déjà. La ruralité est multiple, riche et audacieuse, il nous faut simplement encourager sa considération et renforcer sa valorisation.

Au sein de ce groupe d’étude, nous ferons en sorte d’auditionner différents acteurs (agriculteurs, entrepreneurs, associations…) sur de multiples thématiques en lien avec la ruralité (services publics, attractivité, développement, environnement, mobilité, internet, santé…).

Ces échanges concernés nous permettrons d’étudier efficacement l’impact de toutes les politiques publiques et des lois nouvelles sur la ruralité pour élaborer des propositions concrètes ; par exemple pour le projet de loi EGalim.

Cette voix nouvelle offerte à la ruralité par le biais de ce groupe d’étude est une chance donnée d’inspirer des transformations pour nos territoires et de promouvoir une ruralité active et conquérante.

La ruralité en marche plutôt qu’en marge

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :